10-04-2020
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

 
avancée
2.940.842 Messages
21.540 Fils de discussion
21.638 Membres
Dernier membre: Jou

10 Avril 2020 à 01:56:55
Pages: [1] 2 3 ... 62
Imprimer
Partager :
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Auteur Fil de discussion: la femme et la mère  (Lu 38282 fois)
loustic
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 8.461


« le: 12 Février 2010 à 11:32:13 »

Salut,

Je ne sais pas si vous en avez entendu parler mais il y a en ce moment un livre qui sort et qui fait polémique? Ca s?appelle « la femme et la mère ? le conflit » d?Elisabeth Badinter.

Magazine de la santé http://www.france5.fr/magazinesante/video.cfm?file=http://www.france5.fr/images/emissions/010177/108/magsante_20100210.asx
ça commence à 14?30

Journal de 20H de jeudi 11 février sur France 2 http://jt.france2.fr/20h/
ça commence à 21?30

Je trouve qu?elle parsème habilement son discours de phrases vraies et déculpabilisantes et qu?elle fait croire qu?elle veut juste respecter les choix de chacune alors que dans le fond elle pense qu?une mère doit faire passer sa vie de femme avant les contraintes naturelles de son rôle de maman? Je trouve que c?est une porte ouverte à un éloignement encore plus grand de la mère et de ses enfants, alors que dernièrement il y avait des progrès de faits avec le "retour" du maternage (sans parler des comportements extrêmes ni d?obligation bien sûr).

Et elle sous entend que les femmes des pays nordiques se font avoir par la culpabilité, alors que je suis sûre que l?équilibre entre leur vie de mère et de femme est bien meilleur que chez nous, surement parce qu?on essaie pas de faire passer l?un devant l?autre. Je pense que quand on devient maman il faut accepter pendant quelques temps un certain don de soi, sans s?anihiler bien sûr, en étant libre de ses choix aussi, mais que faire un enfant c?est pas comme s?acheter un lave-linge? après l?équilibre revient? sinon c?est trop facile et ce sont les enfants qui trinquent !
Et c?est vraiment dommage d?opposer les notions de femme et de mère?
Quand à son opinion sur l?instinct maternel, n?en parlons pas?

Qu?en pensez-vous ?
Journalisée
Kathryn2
FAF épanouie ^^
Modérateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 12.731


Paul et Ugo, mes oursons d'amour !


« Répondre #1 le: 12 Février 2010 à 11:36:27 »

j'ai mis un commentaire sur le site de l'express suite à un article sur ce bouquin, commentaire que je vais vous retranscrire ici, Clin d'oeil :

"Je suis féministe dans le sens où je crois au libre arbitre des femmes, à l'égalité entre hommes et femmes... et pourtant je suis avec bonheur mère au foyer.
Je rentre complètement dans la description que Mme Badinter fait de celles qu'elle fustige... 30 ans, 2 bac 4 en poche, carrière prometteuse... Ah oui mais j'ai fait un choix, celui de vivre et d'être heureuse avec ma famille. Courir à droite à gauche après l'argent qui ferait mon indépendance ? non merci.
Le féminisme que Mme Badinter prône est un féminisme arbitraire qui voudrait que les femmes ne fassent plus de libre choix et entre dans LA case, seule correcte, que Mme Badinter et ses amies ont définie comme étant celle qui est la meilleure pour les femmes. Ce féminisme arbitraire s'appuie essentiellement sur l'indépendance financière. Le problème c'est qu'il prône à mon sens le carriérisme et l'ambition professionnelle comme moteur de la vie, et donc s'appuie sur un modèle capitaliste fort et donc son corrélaire une consommation et une course au fric excessive...

Alors Mme Badinter, autant je respecte le choix de vie que vous avez choisi, autant je vous demande de respecter les femmes qui choisissent de faire autrement. Vous vous croyez philosophe mais vous n'exposez dans vos écrits qu'une croyance que vous croyez unique et la meilleure... En quoi cela serait-il un progrès pour les femmes de suivre vos préceptes plutôt que de faire leurs propres choix ?
J'admets que certaines femmes n'ont pas de choix, mais que ce soit dans le cas des mères au foyer comme dans le cas des femmes qui sont "indépendantes" le constat est le même... Le bonheur c'est de vivre la vie qu'on s'est choisie, pas celle qui est imposée par contrainte... et certaines femmes n'ont d'autres choix de trimer comme des forçats... comme d'autres n'ont d'autre choix que de rester à la maison...
Alors moi, ce que je souhaite, c'est que chacun ait droit au bonheur dans une vie choisie. Que les gourous et les fameux croisés (dont vous faites partie aussi malgré vos grands airs offusqués contre la LLL) remballent leurs grandes théories et laissent les femmes libres de choisir leur vie... C'est avec le respect dû à vos combats que je vous salue, mais votre combat n'est pas le mien aujourd'hui (sûrement grâce aux victoires des années 70 que vous avez mené à bien), être féministe c'est aussi respecter les femmes comme elles ont choisi d'être..."

voilou ^^

Biz
Journalisée

Kat

maman de Paul et Ugo, 9 ans..., sevrage naturel à 4 ans et demi, cododotés pendant 3 ans... toutes les bonnes choses ont une fin ... pour laisser la place à d'autres Sourire
loustic
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 8.461


« Répondre #2 le: 12 Février 2010 à 11:50:43 »

merci !
et je suis tout à fait d'accord avec ton raisonnement 

J'hallucine que ce bouquin soit présenté en masse sur des chaines publiques avec ce côté extrêmement négatif donné au rôle de maman, comme s'il était impossible de s'y épanouir et qu'il vous bouffait de l'intérieur, mais surtout que très peu de place soit donnée au débat.... comme si elle avait d'ores et déjà raison et que ces paroles étaient ce que toutes les femmes "opprimées" attendaient !!

Et je trouve particulièrement inadmissible qu'elle dise qu'un allaitement de moins de 6 mois ça ne sert à rien, sous-entendu pour les femmes qui reprennent une activité professionnelle : c'est même pas la peine d'allaiter 

Quel impact ça peut avoir sur des générations de mamans qui avaient enfin le droit de choisir, le droit de câliner leur bébé, de le porter, de l'aimer sans complexe ?
Journalisée
Kathryn2
FAF épanouie ^^
Modérateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 12.731


Paul et Ugo, mes oursons d'amour !


« Répondre #3 le: 12 Février 2010 à 12:12:42 »

je suis la même longueur d'ondes que toi. Je regrette son discours aussi extrémiste que certains dans l'autre sens.

Elle prend l'exemple de la LLL mais elle est restée avec ses idées des années 70, où la LLL prônait déjà exactement la même chose qu'aujourd'hui, discours qui aujourd'hui est reconnu comme étant du bon sens et surtout scientifiquement prouvé...

Au final, ce que je désapprouve dans son discours c'est la théorie de la pensée unique... faites comme ci sinon vous êtes des nulles sans cerveau et en plus vous faites reculer les droits que nous, les super nanas féministes, on a réussi à décrocher pour vous...
donc mon avis vaut comme pour tous les extrémismes... elle est trop dans son délire, limite persécution...

Biz
Journalisée

Kat

maman de Paul et Ugo, 9 ans..., sevrage naturel à 4 ans et demi, cododotés pendant 3 ans... toutes les bonnes choses ont une fin ... pour laisser la place à d'autres Sourire
Grenadine
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 602


« Répondre #4 le: 12 Février 2010 à 13:02:05 »

Tout à fait d'accord avec ton commentaire Kathryn.... Elle aussi à sa façon essaie de dicter aux femmes COMMENT être libres, quelle vie mener.... alors que ce qui compte c'est le choix, et ça malheureusement tout le monde ne l'a pas.

Quant au titre du bouquin je le trouve vraiment nul, il faut encore choisir entre femme et mère?!  Je croyais que c'était admis qu'on pouvait être les deux  Roulement des yeux  Quand je m'occupe de mes bébés je suis quand même la femme de mon homme, quand je suis avec mon homme, ou avec des amis etc je suis aussi la mère de ses enfants, où est la contradiction? Etre mère et femme, dans son coeur, dans son corps, ça va très bien ensemble! Tout comme on peut être femme sans être mère.

Et je corresponds aussi tout à fait au profil de ces femmes qu'elle trouve rétrogrades et anti féministes.... alors que je pense être féministe, cad pour la liberté de choisir selon ce que chaque femme veut et pas selon ce qu'on est censé faire pour être une bonne mère, ou une femme libre ou autre "précepte". Pour reprendre l'exemple de l'allaitement, en quoi suis moins libre d'allaiter mes bébés de 10 mois par CHOIX qu'une femme qui CHOISIT de ne pas allaiter ses enfants (choix tout à fait respectable également)?
Journalisée

Mes petites patates douces Camille et Lucie sont nées le 23 mars 2009 à 34 sa.
Samuel est arrivé le 20 juillet 2011.
isa75
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2.868



« Répondre #5 le: 12 Février 2010 à 13:39:19 »

je prends la discussion en cours de route et ne suis pas au courant de la sortie de ce bouquin mais Kat ce que tu as écrit c'est exactement ma philosophie de vie partagée par mon zhom.



Je vais remonter le fil pour lire plus haut  Clin d'oeil c'est quoi encore ce bouquin qui tape sur les mères au foyer 
Journalisée

J (09/03/2004), S et N (24/03/2009)
 « Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. »   
Sénèque
Gaëlle_labulle
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1.878



WWW
« Répondre #6 le: 12 Février 2010 à 13:49:11 »

Je réagis en vitesse car bagages à préparer mais je suis tout à fait d'accord avec vous !! J'ai eu le "bonheur" d'entendre Elisabeth Badinter au journal de la santé, puis j'en ai été bassinée toute la journée d'hier sur France Inter (quel matraquage !!!!) et depuis je ne décolère pas  Quelle donneuse de leçon ! Quelle culpabilisatrice (de ne pas être une "femme libérée" à ses yeux) !!  Roulement des yeux
Ca me fait du bien de vous lire  Souriant
Journalisée

Une crevette envolée le 28.10.08
L&S, mes petites sardines nées le 15 août 2009 à 37SA
Mode baleine en cours de réactivation (dpa 05/07/14)
P'tite Lilli
et sa zen attitude
V.I.P.
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 32.970


Garatefess


« Répondre #7 le: 13 Février 2010 à 15:02:56 »

J'ai séparé le fil car je vais apporter de l'eau à votre moulin...
Je ne comprenais pas tout à vos propos. Il me manquait qq info.. que je suis allée pêchées  Clin d'oeil
Pour ne pas "polluer" le fil maternage, je l'ai allégé de vos messages.

Alors, j'y vais, je matraque d'info 

Trente ans après la parution de son premier livre, L?amour en plus, dans lequel elle affirmait que l?instinct maternel n?existe pas, Elisabeth Badinter publie Le conflit. Cet essai, qui confirme ses positions, lui vaut, avant même que son ouvrage ne soit sorti en librairie, toutes sortes d?attaques de la part des écologistes et des féministes. Un comble pour celle qui depuis toujours se bat aux côtés et pour les femmes.

Que s?est-il passé durant ces trente ans qui séparent vos deux livres, «L?amour en plus» et «Le conflit»?

Il y a d?abord eu une crise économique majeure, avec un pic au début des années 90. Le travail des femmes a changé. Il est devenu plus stressant, précaire, avec des horaires flexibles. Et des études montrent qu?elles n?étaient pas employées au niveau de leurs compétences. Bref, le travail a perdu de son attrait. Les femmes moins favorisées ont accepté l?indemnité que le gouvernement français leur offrait pour rester à la maison durant les trois premières années de leur enfant. Indemnité qui correspondait à un demi-SMIG. Et les plus favorisées se sont montrées sensibles à l?air du temps. Mais ce qu?aucune d?elles ne semble avoir imaginé, c?est qu?après avoir arrêté quelques années, il serait si difficile de retrouver du travail.

Quelles sont ces idées dans l?air du temps dont vous parlez?

On a vu l?émergence d?un discours naturaliste tenu par les écologistes, les féministes et les pédiatres. Ils se demandaient si on n?avait pas fait fausse route en tournant le dos aux lois de la nature et estimaient qu?il fallait consacrer davantage de temps à ses enfants. Ils n?hésitaient pas à remettre en cause des progrès comme la pilule, les biberons, la péridurale? Il faudrait accoucher dans la douleur, allaiter à tout prix! Et l?ancienne ministre de l?Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet nous a même menacé de créer une taxe sur les couches jetables.

Mais que viennent faire les féministes dans ce combat?

En 1980, il s?est produit une scission au sein du MLF américain. Ces dissidentes prétendaient que l?on avait échoué parce que l?on avait imité les hommes. Et elles affirmaient que pour prétendre à l?égalité, il fallait que les femmes retrouvent leur fierté maternelle. Qu?elles étaient destinées depuis toujours aux soins des plus faibles de la société et qu?il ne fallait plus partager les tâches, mais que chacun devait agir en fonction de sa nature.

C?est-à-dire, pour résumer, la carrière aux hommes et la maternité aux femmes?

Nous sommes loin en tout cas de notre objectif, qui était de tout concilier: avoir des enfants et travailler. Mais aujourd?hui, à force de charger la barque maternelle, le conflit intérieur entre la femme et la mère devient de plus en plus aigu, et l?on risque d?arriver à deux situations extrêmes. Soit elles resteront à la maison, soit elles ne feront plus d?enfants.

Pour vous, la situation s?est donc dégradée en trente ans?

Mon livre, en tout cas, constitue une sorte d?avertissement. Nous avons l?exemple du XVIIIe siècle, époque pendant laquelle les femmes étaient très libres et où l?on estimait légitime qu?elles aient d?autres intérêts que leurs enfants. Mais le taux de mortalité infantile était si élevé qu?il fallait réagir. Et Rousseau s?est fait le porte-parole d?un changement radical. Il a écrit Emile, traité d?éducation dans lequel il affirmait qu?une femme devait être dans sa maison comme une nonne dans un couvent! La Révolution française a entériné ces idées en interdisant aux femmes toute activité extérieure. Ce que je veux dire, c?est que les libertés féminines ne sont pas inscrites dans le marbre et qu?il faut rester vigilant.

Mais continuez-vous vraiment à penser que l?instinct maternel n?existe pas?

Oui, dans le sens où je ne crois pas que des processus hormonaux définissent la maternité. Je pense en revanche que l?amour se tricote au jour le jour. On peut avoir un coup de foudre immédiat pour son bébé ou pas. Il y a des femmes pour lesquelles ce n?est pas si simple. Si le véritable instinct maternel existait, on saurait immédiatement quoi faire avec un nourrisson et on ne se sentirait pas si démunie. Et lorsqu?on voit le nombre de maternités ratées, ces enfants abandonnés moralement, et cela dans toutes les classes de la société?

Que préconisez-vous pour régler ce conflit entre la femme  et la mère?

Accepter d?abord qu?il n?y a pas de maternité parfaite ni d?enfant idéal. Et puis garder un pied dans l?emploi à tout prix. Le retrait du monde du travail est très dangereux. Aujourd?hui, un couple sur deux divorce et les femmes se retrouvent parfois dans une grande précarité. Et s?il faut rester avec un homme que l?on n?aime plus pour des raisons financières, c?est terrible.

Comment expliquez-vous les polémiques que vous suscitez, assez violentes, il faut le reconnaître?

Ce choix intime que doivent faire les femmes est fondamental et forcément passionnel. Avec L?amour en plus, il y a trente ans, j?avais le vent derrière moi. Aujourd?hui, au contraire, je l?ai devant moi.

In Tribune de Genève
Journalisée

JE SUIS MOI
Un garçon 17 ans et deux garçons 13 ans

Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.  Mark Twain
P'tite Lilli
et sa zen attitude
V.I.P.
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 32.970


Garatefess


« Répondre #8 le: 13 Février 2010 à 15:04:43 »

« Allaiter est une liberté » : NKM répond à Elisabeth Badinter

Dans son dernier livre, « Le conflit, la femme et la mère », Elisabeth Badinter s'alarme : la cause féministe régresserait en France depuis les années 80, les femmes étant sommées, dans l'air du temps écologiste, d'être des « mères idéales ». L'auteur cite en exemple de porte-étendard de cette « régression » Cécile Duflot (secrétaire nationale des Verts) et Nathalie Kosciusco-Morizet (secrétaire d'Etat à la Prospective et au numérique). Celle-ci lui répond sur son blog.

Extraits.

    « Elisabeth Badinter me cite dans son livre et m'y désigne comme l'une des porte-parole de cette régression de la condition féminine. Je fais en effet partie de celles qui prônent une attention à l'alimentation des enfants, aux soins infantiles ou à la nourriture bio.

    Voilà qui m'installe donc à la pointe de la réaction, où convergent selon elle le radicalisme écologique et ?l'idéologie naturaliste? qui ne voudrait voir dans la femme qu'une mère. J'ai bien sûr de la sympathie pour la critique qu'E. Badinter fait du ?maternalisme?, c'est-à-dire de la façon dont la société, celle du pouvoir masculin, réduit la femme à son seul statut de mère. J'en ai d'autant plus que la génération d'E. Badinter a justement donné aux femmes la possibilité, la liberté, d'être autre chose qu'une épouse, autre chose qu'une mère.

    [?] À ses yeux, l'écologie est un ?naturalisme? nécessairement rétrograde, auquel elle demande qu'on oppose un ?artificialisme? progressiste. Je trouve cela un peu rapide. Mais il est vrai que je ne suis pas philosophe.

    Les femmes d'aujourd'hui sont aussi, pour bon nombre d'entre elles, des mères. Que ces mères aient envie, comme ça a été mon cas, d'allaiter leur enfant, qu'elles le fassent si et quand elles le peuvent, me paraît être une liberté importante. Je ne compte pas m'en priver au motif que Madame Badinter trouverait cela réactionnaire et qu'elle y verrait matière à dénoncer le mythe de la ?femme parfaite?.

    M'intéressant à la situation des femmes aujourd'hui et aux difficultés qui leur sont faites, je travaille pour ma part sur un certain nombre de questions qui me préoccupent plus que l'allaitement. Je pense notamment à l'évolution du rapport entre les ?genres?, à la dégradation des relations entre filles et garçons en milieu scolaire, au ?plafond de verre? qui bloque les carrières féminines ou encore aux débats actuels autour du voile. De tout cela, dans ce livre ?féministe?, pas un mot n'est dit. »

In Rue 89
Journalisée

JE SUIS MOI
Un garçon 17 ans et deux garçons 13 ans

Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.  Mark Twain
Azerty
muguette/juinette 2008
Modérateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 24.853


1+1+1+2


« Répondre #9 le: 13 Février 2010 à 15:11:05 »

J'ai vu le journal l'autre soir où elle était avec Edwige antier, chacune défendant son point de vue et je me suis dis: " je suis au milieu de tout ça" les deux disent des choses vraies, mais chacune a tout faux
Elles sont comme 2 extrémistes
Journalisée

Un grand 1m82 né à 40sa+4; une grande 1m71 née à 40sa; un moyen 1m75 né à 39sa+5 et 2 petits d'1m52 et 1m58 nés à 38sa-1.
Et en tout : plus de 300kg d'amour !!
Bambinette
V.I.P.
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 27.083



« Répondre #10 le: 13 Février 2010 à 21:17:11 »

Merci pour ce complément d'infos, P'tite Lilli, car j'ai une image positive d'Elisabeth Badinter, sans en savoir plus que ça sur elle, mais ne me demandez pas pourquoi !!!!!

(c'est un nom que j'ai du entendre dans mon enfance quand ma mère militait pour le planning familial, et descendait dans la rue pour que les femmes ne soient plus jamais dépendantes d'un homme mais que leur situation matérielle leur permette de faire des choix !!!!!)


J'ai été élevée dans cet état d'esprit : DONNE TOI LES MOYENS DE FAIRE DES CHOIX.
C'est une vraie philosophie de vie .....

Il n'aurait pas été question pour moi de rester à la maison pour m'occuper de mes enfants, et dépendre matériellement du salaire de mon mari à la fin du mois ; et je pense être une mère tout aussi aimante en ayant donné le bib, et en allant au boulot.

Pas plus, pas moins.
 Tire la langue Tire la langue Tire la langue Tire la langue
Journalisée

Roxane / Axel, 7 ans (03/04/06)
Les jumeaux identiques sont aussi fraternels que les autres. Quant à l'adjectif faux, il sonne de manière désobligeante. Les faux jumeaux sont de vrais enfants, mais aussi de vrais jumeaux, puisque engendrés et nés en même temps ! Zazzo
isa75
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2.868



« Répondre #11 le: 13 Février 2010 à 21:46:04 »


Que préconisez-vous pour régler ce conflit entre la femme  et la mère?

Accepter d?abord qu?il n?y a pas de maternité parfaite ni d?enfant idéal. Je suis d'accord avec cela
 Et puis garder un pied dans l?emploi à tout prix. Le retrait du monde du travail est très dangereux. Aujourd?hui, un couple sur deux divorce et les femmes se retrouvent parfois dans une grande précarité. Et s?il faut rester avec un homme que l?on n?aime plus pour des raisons financières, c?est terrible.

Quid des femmes qui ont des emplois payés au SMIC avec des horaires en décalés, le WK ?
Comment garder un pied dans le monde du travail quand on n'a pas de mode de garde pour ses enfants ? Pourquoi penser que l'épanouissement de la femme doit passer par la case travail ?
Pourquoi lorsqu'il y a séparation, les femmes n'ont pas de compensation ou aide financière pour tout ce travail ? éduquer ses enfants est un vrai travail
Quid des patrons qui ne veulent pas donner une chance aux femmes qui ont décidé de mettre leur carrière entre parenthèse quelques années ?

Je pense que tout ne doit pas reposer sur les épaules des femmes, il faut changer les mentalités, les attitudes de tout le monde :
 les hommes, les boss, l'Etat, la société


Franchement rester à la maison et s'occuper de ses enfants requièrent des qualités recherchées par les entreprises :
être organisé
savoir anticiper
gestion du stress (dans mon cas, par ex quand les 3 se mettent à pleurer/chouiner ensemble  Tire la langue)
tenir un budget
être créatif (occuper ses enfants les jours de pluie avec 3 x rien sous la main)

tout ceci ne vous rappelle pas les entretiens individuels de chaque début d'année ?


Et quand elle parle des femmes défavorisées qui se mettent en retrait du monde du travail, ont accepté l'indemnité parce que le travail a perdu de l'attrait, je ne suis pas d'accord.
Si je parle de mon cas, je touche un salaire mensuel de 2500? alors rester chez moi, c'est une sacré baisse de revenus.
Mais c'est notre choix (le mien et celui de mon mari).
Mon travail est très intéressant mais très prenant, beaucoup de déplacements, de stress. Il hors de question que mon job passe avant mes enfants.
Pourquoi, elle n'évoque pas ce cas de figure ?


Je suis l'archétype de  ce qu'elle dénonce :
allaitement, pas de péridural pour mes 2 accouchements, je consacre mon temps à mes enfants (ouh c'est pas bien Isa  Tire la langue)



J'aimerais bien savoir de qui elle parle quand elle dit :

Nous sommes loin en tout cas de notre objectif, qui était de tout concilier: avoir des enfants et travailler.

Au nom de quoi et de qui elle se permet de fixer des objectifs ? 

Journalisée

J (09/03/2004), S et N (24/03/2009)
 « Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. »   
Sénèque
isa75
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2.868



« Répondre #12 le: 13 Février 2010 à 21:56:01 »

Il n'aurait pas été question pour moi de rester à la maison pour m'occuper de mes enfants, et dépendre matériellement du salaire de mon mari à la fin du mois ; et je pense être une mère tout aussi aimante en ayant donné le bib, et en allant au boulot.

c'est une vision de l'esprit que je respecte mais qui n'est pas la mienne.

Je n'ai pas l'impression de dépendre matériellement de mon mari parce qu'actuellement je n'ai pas de salaire.
Pour nous, l'argent que l'on gagne ce n'est pas chacun pour soi mais pour la famille
et comme je l'écrivais dans mon post du dessus, rester à la maison et s'occuper des enfants et de la logistique c'est un travail.

Si on devait payer pour certaines tâches que j'effectue ça coûterait de l'argent :
femme de ménage
mode de garde
baby-sitter
etc, etc


Et oui, j'ai fait le choix de rester chez moi. Et je m'en donne les moyens.


Il y avait plusieurs manières d'envisager d'être maman, d'être femme
 à chacun de trouver la sienne qui lui corresponde et lui permette de s'épanouir  Clin d'oeil
mais sans que quiconque se permette de juger et de remettre en cause son mode de vie.
Journalisée

J (09/03/2004), S et N (24/03/2009)
 « Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. »   
Sénèque
isa75
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2.868



« Répondre #13 le: 13 Février 2010 à 21:57:29 »

et je précise : mon mari m'aide alors qu'il travaille à l'extérieur  Clin d'oeil

Courses, ménage, linge, se lever la nuit et tout le reste encore.
Journalisée

J (09/03/2004), S et N (24/03/2009)
 « Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. »   
Sénèque
Saralila
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6.474


Marraine des avrilettes 2013 !


« Répondre #14 le: 13 Février 2010 à 22:14:21 »

100% d'accord avec toi Isa.

Comme toi, j'ai choisi le congé parental malgré un boulot plutôt bien payé, mais qui m'aurait accordé maximum une heure par jour avec mes enfants.

Et pour autant, je n'ai pas l'impression de dépérir à la maison, ni de gâcher mes compétences, je les utilise simplement pour des tâches dénuées d'intérêt "marchand", mais pas dénuées d'intérêt tout court...  Clin d'oeil

J'ai autour de moi plusieurs exemple de mères ayant profité d'un congé parental ou d'une naissance pour réorienter leur projet professionnel, créer leur entreprise, bien souvent avec beaucoup de bonheur et de réussite.

Il n'y a pas qu'une façon d'être femme et mère, l'essentiel étant que chacune puisse rester libre de ses choix.
Journalisée

3 petites fées à la maison (8 ans, 8 ans, 5 ans)
Pages: [1] 2 3 ... 62
Imprimer
Partager :

Aller à: