26-09-2021
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

 
avancée
2.944.144 Messages
21.606 Fils de discussion
21.923 Membres
Dernier membre: FannyFlo

26 Septembre 2021 à 18:39:02
Pages: [1]
Imprimer
Partager :
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Auteur Fil de discussion: Petit frère/soeur pour jumeau survivant ?  (Lu 459 fois)
Loaix
Nouveau Membre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 10


« le: 12 Février 2021 à 07:35:52 »

Bonjour tout le monde

J'aurais souhaité savoir si parmi vous et suite à la perte de votre ange, leur survivant(e) était et resterait un enfant unique ?
Comment vivez vous et comment vivent vos petits bouts ce statut d'enfant unique dans ce contexte d'avoir en plus perdu la moitié d'eux même ?
Je veux bien aussi les témoignages des mamans ayant eu un autre enfant pour savoir comment ils le vivent également...

J'ai eu ma fille tardivement suite à une fiv, elle va avoir 4 ans. Suite à la grossesse horrible, la perte de notre ange à 6 mois de grossesse, la naissance en césarienne d'urgence, les 2 mois d’hôpital, et les 2 premières années extrêmement difficiles, nous n'avons pas tenté d'en avoir un autre. On ne s'est même pas posé la question, nous n'avions tout simplement pas la force.

Mais maintenant que cela va mieux, je tourne cela en boucle dans ma tête : en plus de notre âge, j'inflige cette solitude à ma fille, qui sera d'autant plus criante chez elle qu'elle aurait dû en avoir une de soeur .
Du coup, je me pose la question dans l'urgence vu mon grand âge : je n'ai pas du tout envie d'être de nouveau enceinte vu la 1ère grossesse cauchemardesque que j'ai passé, je redoute les 2 années à venir de fatigue que je n'ai pas du tout envie de recommencer alors qu'on sort à peine la tête de l'eau, j'ai peur de revivre cela, de reperdre un enfant, ou même de ne pas m'en sortir moi (j'ai failli y rester) et je me dis qu'il vaut mieux être fille unique mais avec une maman en vie.  Puis je me dis aussi que tout cela peut peut être vite passer par rapport à une vie entière seule pour ma fille... Puis je reviens à mes premières pensées. Et ainsi de suite... 🙁

Bref, je suis preneuses de témoignages. Même si je suis bien consciente que personne ne décidera à ma place (si ce n'est la vie que ne donnera peut être tout simplement pas suite...).

Merci beaucoup
 
PS: est ce que vous connaissez des groupes de jumeaux esseulés où je pourrais également poser la question ?
Journalisée
Laety 89
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 32.496


Maman et Marraine :-)


« Répondre #1 le: 14 Février 2021 à 23:27:39 »

Je ne suis pas une mamange, alors excuse-moi par avance si certains mots sont peut-être mal choisis

Il ne faut pas oublier qu’une grossesse ne fait pas l’autre, et que tous les bébés sont différents: ce n’est pas parce que ta première grossesse a été difficile qu’une nouvelle grossesse le serait tout autant, et ce n’est pas parce que les premiers mois de ta puce ont été compliqués que la situation serait identique avec un autre bébé.

Certaines mamanges sur le forum ont fait le choix d’une nouvelle grossesse "après", d’autres non.
Certaines ont fait le choix de partager ici la suite, d’autres ont préféré ne plus revenir, même pour faire part du nouvel espoir ou du cadeau de la vie qui leur souriait à nouveau.

Ne culpabilise pas pour la "solitude" que tu "aurais imposée" à ta puce: raconte lui ton/son/votre histoire.
Personne ne pourra te dire ce qui est le mieux pour vous, ne t’impose pas une deuxième grossesse pour de "mauvaises" raisons (parce que dictées par la culpabilité), mais ne t’interdis pas non plus une deuxième grossesse si elle peut te permettre de (re)trouver l'équilibre.
Journalisée

C (déc), S et A (mai), et A (avril)
je suis en fofoli'berty, et vous?
Multi marraine 🙃

Ronde de Noyel 2020: le retour du défi 😁
Azerty
muguette/juinette 2008
Modérateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 25.132


1+1+1+2


« Répondre #2 le: 15 Février 2021 à 09:29:31 »

Je vais te répondre en tant qu’enseignante. J’ai tous les ans en classe des enfants de 4 à 6 ans dont certains sont enfants uniques. Ceux qui le vivent trés bien sont ceux pour qui le message parental est clair :  ils ont fait le choix de n’avoir qu’un enfant. Un choix assumé par les parents est plus facile à vivre pour les enfants. L’enfant ne se sent pas seul car les parents les inscrivent à des activités, ils invitent des copains, cousins, à la maison, bref favorisent la vie sociale de leur enfant unique.
Dis-toi que Les enfants sont forts pour faire culpabiliser les parents. Si il y a une faille, ils s’y engouffrent donc si tu doutes du bien fondé de ton choix de ne pas tenter une seconde grossesse, ta fille n’hésitera pas à te le reprocher et tu culpabiliseras ( à tort) . Beaucoup d’enfant réclament un petit frère/soeur à leurs parents mais on ne fait pas un enfant pour eux , on fait un enfant pour soi. Meme moi qui ai une famille nombreuse, ma fille ( la 5 eme et dernière) a souvent émis le souhait d’avoir une petite soeur. Comme l’avait fait sa grande soeur en son temps . Eh bien je peux te dire que ma fille ainée regrette désormais d’avoir une petite soeur  Roulement des yeux
Journalisée

Un grand 1m82 né à 40sa+4; une grande 1m71 née à 40sa; un moyen 1m75 né à 39sa+5 et 2 petits d'1m52 et 1m58 nés à 38sa-1.
Et en tout : plus de 300kg d'amour !!
Loaix
Nouveau Membre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 10


« Répondre #3 le: 19 Février 2021 à 06:10:03 »

Merci pour vos réponses.

Je sais que toute les grossesses sont différentes, mais j'ai cumulé un tel nombre de problèmes improbables sur la 1ère...Chaque fois on me disait, que là ça y est, avec tout ce que j'avais eu, la chance allait être avec nous et en fait pas du tout, jusqu'au bout  !  Pleurs

Une fiv, transfert d'un seul embryon parce qu'on voulait à tout prix éviter une grossesse gémellaire et les risques associés...Ironie, l'embryon s'est divisé en 2 ! J'attends 2 bébés. Et les ennuis commencent : décollement à 1 mois 1/2, à 3 mois on apprend un retard de croissance sur une de mes filles, mais le médecin se trompe en diagnostiquant un seul placenta, ce qui nous a fait vivre des semaines d'enfer à entendre qu'il fallait envisager une Interruption Sélective de grossesse pour essayer de préserver le bébé qui allait bien. On nous a envoyé à Necker, alors que j'étais censée rester alitée car en plus j'avais un placenta préavia... Necker découvre l'erreur et on comprend que l'on a envisagé l'ISG pour rien !! On s'est torturé l'esprit, on a voulu mettre un terme à la vie de notre enfant pour rien...Et en plus on a failli faire prendre un énorme risque à sa soeur qui allait bien, pour RIEN ! Bien sûr, en rentrant j'ai fait une hémorragie et j'ai été hospitalisée à 24SA parce que j'avais des contractions... Le cœur de mon bébé s'est arrêté à 29SA et alors qu'on me disait que j'avais passé le pire, que j'allais poursuivre une grossesse "à peu près normale maintenant", j'ai attrapé un staphylocoque à l'hôpital et j'ai fait une septicémie 10 jours plus tard. Césarienne en urgence parce qu'on a failli y rester toute les 2... 2 mois d'hôpital pour ma puce et 2 ans pour moi à me remettre...

Désolée de tous ces détails mais pour expliquer pourquoi je ne peux m'ôter de l'idée que, même si je me prends à rêver d'une grossesse qui se passerait bien pour connaître ce bonheur, tout peut arriver à nouveau, y compris l'insupportable...

Et du coup, suivant comment cela se passe, je retrouverai effectivement l'équilibre ... ou il se brisera à nouveau 
Journalisée
Loaix
Nouveau Membre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 10


« Répondre #4 le: 19 Février 2021 à 06:22:46 »

Je vais te répondre en tant qu’enseignante. J’ai tous les ans en classe des enfants de 4 à 6 ans dont certains sont enfants uniques. Ceux qui le vivent trés bien sont ceux pour qui le message parental est clair :  ils ont fait le choix de n’avoir qu’un enfant. Un choix assumé par les parents est plus facile à vivre pour les enfants. L’enfant ne se sent pas seul car les parents les inscrivent à des activités, ils invitent des copains, cousins, à la maison, bref favorisent la vie sociale de leur enfant unique.
Dis-toi que Les enfants sont forts pour faire culpabiliser les parents. Si il y a une faille, ils s’y engouffrent donc si tu doutes du bien fondé de ton choix de ne pas tenter une seconde grossesse, ta fille n’hésitera pas à te le reprocher et tu culpabiliseras ( à tort) . Beaucoup d’enfant réclament un petit frère/soeur à leurs parents mais on ne fait pas un enfant pour eux , on fait un enfant pour soi. Meme moi qui ai une famille nombreuse, ma fille ( la 5 eme et dernière) a souvent émis le souhait d’avoir une petite soeur. Comme l’avait fait sa grande soeur en son temps . Eh bien je peux te dire que ma fille ainée regrette désormais d’avoir une petite soeur  Roulement des yeux


Merci pour ta réponse. Oui j'ai conscience que ma fille le vivra en fonction de comment moi je le vivrais, c'est pour cela que je retourne ça dans tous les sens pour être sûre de ma décision.

Je ne suis pas tout à fait d'accord sur le fait de faire un enfant pour soi... Cela va forcément  impacter toute la famille et la vie de l'enfant déjà présent, en bien ou en mal. Et du coup je pense qu'il faut le prendre en compte.

Ce n'est pas tant qu'elle est enfant que je m'inquiète pour ma fille, effectivement on peut pallier à une éventuelle solitude avec une vie sociale riche. C'est pour plus tard, parce que détail important que je n'ai pas précisé : on l'a eu vraiment sur le tard. Et on lui impose donc déjà notre âge et ce que cela va impliquer pour elle assez tôt dans sa vie...et du coup lui imposer en plus de le gérer seule... Pleurs  Je le vis mal parce que j'ai presque connu cette situation : ma mère m'a eu tardivement et j'ai été élevée en enfant unique, parce que j'ai un grand frère mais qui a 20 ans de plus que moi et qui était déjà parti de la maison... Si mon enfance s'est bien passée, cela a été beaucoup plus compliqué vers la trentaine quand il a fallu que je gère des choses difficiles pour la santé de ma mère, puis son décès. Mais du coup je n'étais pas seule, mon frère et sa petite famille étaient là, et le sont toujours d'ailleurs. Je ne sais pas comment j'aurais fait sans eux, et si je ne les avais pas, je n'aurais plus de famille...
Et c'est quand j'imagine ma fille dans ce cas que mon coeur se brise  Pleurs
Journalisée
Azerty
muguette/juinette 2008
Modérateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 25.132


1+1+1+2


« Répondre #5 le: 19 Février 2021 à 09:46:22 »

Je comprends tout ce que tu expliques et même  si tu as raison ( la maladie ou le décès des parents sont plus faciles à gérer quand on est plusieurs et que tout ne repose pas sur les épaules d’un seul ) je pense tout de même qu’on ne devrait pas faire plusieurs enfants pour cette raison. Personne ne sait de quoi sera fait l’avenir, tu peux très bien avoir plusieurs enfants dont certains une fois adultes se fichent bien de leurs vieux parents et les mettent en maison de retraite sans plus s’en occuper, d’autres qui partent à l’autre bout du monde et ne sont pas présents pour aider. Bref tu ne peux pas baser ta vie d’aujourd’hui sur un hypothétique futur ( tu l’as expliqué ailleurs, ta grossesse fut malheureusement pleine d’embûches, que tu ne pouvais pas prévoir  et à envisager toujours le pire, le risque c’est qu’on ne fait plus rien). Après je sais bien que l’on n’est pas rationnel dans nos désirs, nos envies, nos peurs et tu n’y peux rien à penser que ta fille serait mieux avec un frère ou une soeur mais là il va falloir choisir entre ta peur de vivre une possible autre grossesse qui pourrait ( ou pas) mal se passer et ta peur d’un jour laisser ta fille devoir gérer seule . D’autant qu’elle ne sera peut être pas seule, elle pourrait être en couple, être entourée d’amis suffisamment proche pour l’épauler dans les moments difficiles.  Bisou
Personne ne peut te garantir une grossesse de rêve, personne ne peut te garantir que ta fille aura les épaules suffisamment solides et bien entourée une fois adulte. C’est pour ça que je dis qu’il faut faire les choses pour soi, là, maintenant, sans trop penser à l’avenir ( bon quand meme un peu, faut pas non plus être inconscient dans ses choix) Etre un peu égoïste, parce que tu auras beau établir des plans sur la comète, rien ne dit que ça  se passera comme tu l’envisages ( en bien ou en mal) .
Alors là maintenant tout de suite, tu veux quoi pour toi : un autre enfant? Si oui il faut oser prendre les risques.  Surtout pas d’autre enfant? Eh bien ta fille fera sans et se débrouillera comme elle pourra.
Et le papa dans tout ça ? Lui que veut- il? Car c’est quand meme une décision à prendre à deux.  Bisou
Journalisée

Un grand 1m82 né à 40sa+4; une grande 1m71 née à 40sa; un moyen 1m75 né à 39sa+5 et 2 petits d'1m52 et 1m58 nés à 38sa-1.
Et en tout : plus de 300kg d'amour !!
Laety 89
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 32.496


Maman et Marraine :-)


« Répondre #6 le: 22 Février 2021 à 21:36:47 »

Loaix, j’entends bien ton point de vue, mais j’ai l’impression que tu te mets des barrières en plus de ton sentiment de culpabilité

Malheureusement, personne ne peut prédire comment sera entourée ta puce quand vous prendrez de l'âge, et ce qu’elle soit enfant unique ou pas Roulement des yeux
Ce statut ne lui pèsera sans doute pas autant que tu le redoutes si tu mets des mots sur tout ça, pour elle et pour toi, et surtout si tu te débarrasses de ta culpabilité. N'hésite pas à demander de l’aide à ce sujet...
Journalisée

C (déc), S et A (mai), et A (avril)
je suis en fofoli'berty, et vous?
Multi marraine 🙃

Ronde de Noyel 2020: le retour du défi 😁
Laety 89
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 32.496


Maman et Marraine :-)


« Répondre #7 le: 23 Février 2021 à 07:41:07 »

Juste pour compléter: à l'école, j’avais une copine enfant unique, elle l’a toujours super bien vécu. Je ne sais pas si c'était par choix de ses parents ou la vie qui en avait décidé ainsi, mais c'était clairement et bien assumé par ses parents, et donc par elle Clin d'oeil
Et crois-moi, elle était loin de nous envier nos frères/soeurs, c’était même parfois l’inverse

Journalisée

C (déc), S et A (mai), et A (avril)
je suis en fofoli'berty, et vous?
Multi marraine 🙃

Ronde de Noyel 2020: le retour du défi 😁
sandra6172
Membre
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 110


« Répondre #8 le: 27 Février 2021 à 01:14:19 »

Bonsoir Loaix

Je comprends ce que tu ressens... Je me présente, je m'appelle Sandra je suis la mamange de Guillaume ( frère jumeau de Laurent). Mon fils est décédé à la naissance à 38 SA à terme. C'était un de mes premiers enfants. Ce drame s'est passé il y a 9 ans. A l'époque comme toi, j'ai dû faire une fiv pour tomber enceinte car moi et mon mari nous souffrons tous les 2 d'infertilité. Nous avons dû attendre 1 ans avant de reprendre le chemin de la PMA. Les médecins m'ont fait une césarienne en urgence car j'allais perdre le deuxième bébé et avant d'entamer une deuxième grossesse je devais attendre que l'utérus cicatrise. Pendant ce laps de temps, j'ai eu le temps de refléchir si je voulais ou non retomber enceinte. Je suis passée comme toi par plusieurs stade la culpabilité, la tristesse, la colère et la peur... Puis finalement, l'envie de redonner la vie a été plus forte. Je ne voulais pas en rester là... Je voulais une vrai fin heureuse... Je voulais que la vie gagne sur la mort... Il s'en est suivit , quand je me suis sentie prête, une lutte acharnée contre l'infertilité,  4 années se sont écoulées avant que je tombe enceinte de mes jumelles, çà n'a pas été facile je ne voulais pas revivre le cauchemar d'une grossesse gémellaire et la vie en a décidé autrement. J'ai beau demandé de ne transférer qu'un seul embryon. Chez moi, la grossesse ne fonctionne que par paire. J'ai eu une grossesse très difficile psychologiquement et moralement... Quand on perd un enfant, on ne vit plus jamais la grossesse sereinement. Quand mon fils est mort, j'ai perdu l'innocence et l'insouciance du miracle de la vie. Je savais que rien n'est acquis que tout peut basculer dans l'horreur... A tout instant, j'avais l'impression que j'allais perdre un ou les deux bébés même si on se raisonne " ce n'est pas la même grossesse, ce ne sont pas les mêmes bébés". Pour faire face à cette tempête intérieure je me suis tournée vers la médecine parallèle: la sophrologie, l'emdr et l'hypnose. J'ai pu mené alors une grossesse à peu près sereine. Alors oui la décision t'appartient si tu veux ou non donner un frère ou une soeur à ta fille  mais cette décision n'est pas aussi simple...  Il faut  que tu te poses les bonnes questions :
- où en es tu dans le deuil ?
- es tu prête à gérer les montagnes russes du deuil et de la PMA?
Journalisée
Pages: [1]
Imprimer
Partager :

Aller à: