25-09-2020
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

 
avancée
2.942.391 Messages
21.567 Fils de discussion
21.741 Membres
Dernier membre: Nagab

25 Septembre 2020 à 08:45:36
Pages: [1]
Imprimer
Partager :
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Auteur Fil de discussion: CA AURAIT ETE MON PREMIER ENFANT  (Lu 413 fois)
spicy
Nouveau Membre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6


« le: 14 Mai 2020 à 15:55:38 »

Bonjour,
j'ai envie de vomir quand je pense à la réaction qu'on eut mon entourage dans ce moment si horrible de ma vie.
j'ai 33 ans ça fait 17 ans que je suis avec mon conjoint et ça faisait plus de 10 ans que je le suppliais de faire des enfants, intérieurement, ça me rendait dingue j'étais hystérique à force qu'il puisse me le refuser.J'en avait besoin dans ma vie et peur de devenir folle si je n'en avais pas.
du coup par peur de me perdre un jour il me dit ok du coup pendant 2 ans d'essai ça ne marchait pas on commence la stimulation au bout de 4 mois de stimulation je tombe enceinte enfin !!!mon premier enfant j'ai entendu son coeur battre une première fois pour la datation une autre pour un controle.
J'étais en famille et bien sur il fallait aider à porter des grosses courses pour ma grand mère dans le contexte j'étais coincée à une semaine de l'écho du premier trimestre j'ai commencé à tout sentir s'éffondrer à l'intérieur de mon ventre.Au fond je savais que c'étais trop de perte pour que ce soit normal.
Ma mère, ma soeur, ma grand mère pas au courant autour de moi j'ai du leur annoncer toute l'histoire.
Amenée par les pompiers à l'hopital, j'ai été hospitalisée pendant une semaine pour pouvoir évacuer le reste du bébé.
Au moment ou il est sorti j'étais au toilette et je l'ai vu ce petit bébé j'ai eu envie de le prendre dans les mains mais j'ai eu peur que son coeur se remette à battre.
j'ai encore un problème à ce sujet c'est que j'avais commencé un livre de naissance pour ce bébé ou j'étais la plus heureuse et je sais pas ce que je dois faire la psy pendant l'hospitalisation m'a dit de prendre la décision moi même mon conjoint me dit me mettre ça dans une boite d'un coté si je le garde ça me hantera toute ma vie encore plus... je sais pas ...sachant que depuis j'ai eu des jumelles et meme peut de temps après leurs naissances il m'est arrivé de repleurer pour le premier bébé.j'y pense souvent je sais je suis bête ça ne le ramenera pas je m'en veux .J'ai du faire des mauvais choix.
Et ma famille qui me scandait dès la sortie de l’hôpital mais c'est rien du tout une fausse couche tout le monde en fait.
Quel intérêt de dire ça c'est du vent.ou d'autres personnes de mon entourage qui ont osé me dire que pour d'autres gens le bébé est mort plus tard leurs cas est du coup plus grave...
alors c'est la compétition !même dans la mort!c'est pathétique!


Journalisée
sandra6172
Membre
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 105


« Répondre #1 le: 25 Juin 2020 à 13:16:03 »

Bonjour Spicy

Malheureusement je comprends ton désarroi. Bien sur, c'est ton premier enfant et il restera ton premier enfant. Le fait d'avoir des jumelles ne change en rien... Ce ne sont pas le même enfant et la même grossesse. Je suis bien placée pour le savoir. Mon fils Guillaume est un de mes premiers enfants, frère jumeau de Laurent, il est décédé à 38SA. J'ai eu des jumelles 4 ans après la mort de mon fils dont 6 années de lutte acharnée contre l'infertilité. Non cela n'adoucit pas la peine d'avoir d'autres enfants quand on perd un enfant. Au plus, avec le temps on trouve l'apaisement et la paix intérieur. Guillaume fait parti de notre famille , de mon histoire et de l'histoire de notre famille. Tous mes enfants savent qu'ils ont eu un frère qui a existé et qui est mort à la naissance. Je ne veux pas en faire un tabou. Alors, les gens qui te disent des paroles déplacés, ne les écoute pas ils n'ont aucune empathie... Très peu de personne l'ont... Il faut avoir soi même perdu un enfant pour comprendre.  Qu'importe le stade de la grossesse, la peine est proportionnelle avec le rêve que tu as espéré pour ce bébé, ce n'est pas le deuil du passé, c'est le deuil de l'avenir, le deuil du futur et des projets que tu voulais faire avec cet enfant qui malheureusement ne se règle pas en quelques semaines comme pourrait penser ton entourage
Journalisée
Pages: [1]
Imprimer
Partager :

Aller à: