05-04-2020
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

 
avancée
2.940.782 Messages
21.538 Fils de discussion
21.628 Membres
Dernier membre: Jums2020

05 Avril 2020 à 11:40:34
Pages: [1]
Imprimer
Partager :
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Auteur Fil de discussion: Maman désespérée  (Lu 1213 fois)
MommaFlo
Nouveau Membre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1


« le: 18 Mars 2018 à 14:49:50 »

Bonjour,

Maman de jumeaux de 17 mois et actuellement en congé parental, je me sens en échec total dans mon rôle de mère.
Je n'en peux plus  Pleurs .

Tout est source de conflit, je dois me battre pour tout avec les deux : pour changer une couche, pour les coucher, pour les mettre à la sieste...
Depuis quelques mois ça devient très difficile de les nourrir. J'ai même une boule au ventre quand approche l'heure des repas parce que je sais que je vais vivre. Dès que j'approche la cuillère ils se mettent à pleurer tous les deux, et du coup je m'énerve et je crie sur eux, ce qui n'arrange évidemment pas les choses. La courbe de poids de mon fils stagne, et celle de ma fille n'est pas géniale non plus. C'est terriblement frustrant. Les repas devraient être un moment de convivialité et pas une guerre !

J'ai l'impression de ne partager aucun bon moment avec mes enfants. Tout ce que je subis ce sont les pleurs, les crises, les refus... On n'arrête pas de me dire que tous les enfants ont ce genre de passage mais je sais que ce n'est pas vrai, puisque j'ai été nounou pendant de longues années lors de mes études, et aucun des bébés que j'ai gardés n'a eu ce comportement. Je ne comprends pas pourquoi ils sont comme ça avec moi.

Je ne sais plus quoi faire  Huh? .
J'avais pris un congé parental pour pouvoir jouer mon rôle de mère à fond et m'occuper d'eux, et je commence à me dire que j'ai commis une très grosse erreur.
Ca devient très dur de me lever le matin, même si c'est mon mari qui s'occupe d'eux avant d'aller au travail. Je suis déjà démoralisée au réveil. Il faut dire que les nuits sont également entrecoupées de façon intempestive, quand ce ne sont pas des crises pour le coucher. Je suis crevée en permanence et n'arrive pas à me remetre de cette fatigue chronique. Fatigue physique et psychique, d'ailleurs.

Je suis à bout, vraiment à bout. Je dois reprendre le boulot en octobre et je ne sais pas comment je vais tenir jusque là.

Ma vie de couple également pâtit de cette situation. Mon mari est aussi victime de mes accès de colère. Nous n'avons plus aucune relation intime. Je n'ai d'ailleurs plus envie du tout. J'ai encore le corps bousillé par la grossesse et ne veux même pas que mon mari me touche. Je sais que ce n'est pas digne d'une mère de dire ces choses, mais j'ai l'impression que ces bébés ont bousillé ma vie à tous les niveaux, sans aucune contrepartie. Je ne supporte plus leurs pleurs incompréhensibles, leurs caprices...Je ne supporte parfois même plus de les voir, de les toucher. Quant à l'envie de m'occuper d'eux, je le fais parce que je dois le faire, et non par plaisir. Je n'ai aucun plaisir dans cette maternité. Je ne comprends d'ailleurs pas qu'il puisse exister des familles de 4, 5 (voire plus) enfants. Ces deux-là m'ont coupé toute envie d'en avoir d'autres. J'ai l'impression de tout faire pour qu'ils soient heureux mais que ce n'est jamais suffisant. J'ai tout simplement l'impression d'être une mauvaise mère.

Même quand ma soeur me prend les petits pour le week-end (évidemment ca se passe très bien avec elle), je n'arrive pas à en profiter parce que je sais que dimanche soir ce sera de nouveau le chaos. Chaos qui va durer toute la semaine...

Aidez-moi  Pleurs ! Car je suis en train de sombrer et ne sais pas comment m'accrocher !
Et désolée pour ce long message...

Flo
Journalisée
Gabribulle
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5.224



« Répondre #1 le: 18 Mars 2018 à 15:21:25 »

Flo, tout d'abord, tu n'es pas une mauvaise mère. Tu fais ce que tu peux dans les conditions dans lesquelles tu es. Avoir des enfants, ce n'est pas une sinécure et il y a des moments pas très agréables.

D'après ce que tu décris, tu semble avoir besoin d'aide et c'est très bien de t'en rendre compte.
Parles tu de tes difficultés avec ton mari? Avec ta soeur?
As tu une activité en dehors de tes enfants?
Journalisée

Lui + Moi=
G (21/04/2009)
A et C étaient trop pressés, ils sont arrivés le 25 janvier 2012!
Ju350
Juillette 2014 et Muguette/Juinette 2016
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6.901


mes quatre monstres adorés


« Répondre #2 le: 18 Mars 2018 à 15:23:19 »

Alors tout d'abord, si tout les enfants ont se genre de passage AVEC LEURS PARENTS. C'est la crise des deux ans et de l'opposition, même si 17  mois c'est tôt.  Le dernier est particulièrement pénible à la maison (cris dés que l'on le contrarie voir hurlement, il va jusqu'à essayer de nous taper) mais les deux jours qu'il va à la crèche c'est un ange (bon j'exagère un peu mais rien à voir avec ce qu'il se passe à la maison) et c'est malheureusement normal, même si l'intensité de cette période diffère d'un enfant à un autre.

Ce que je vais te dire risque malheureusement de ne pas t'aider, mais il faut commencer aussi à t'occuper de toi. Ce n'est peut être qu'une fausse impression, mais j'ai l'impression que tu ne vis que par tes enfants. Or pour qu'une mère soit bien elle doit aussi penser à elle. C'est une chose que l'on a tendance à oublier mais c'est primordial, pour ton équilibre.

Autre chose pour les repas je te dirais aussi de lâcher prise. Vous êtes en confrontation et les repas virent au conflit. Ils ne veulent pas manger, laisse leur leur assiettes devant eux, si ils vont bien, ils finiront par manger. Manger froid ne leurs fera pas de mal (quand tu prépare un repas chaud). De plus ils ont peut être envie de manger tout seuls. C'est vers cet age que T a refusé du jour au lendemain sans explication de ne plus accepté que l'on le fasse manger (alors que juste avant c'était l'inverse, il refusait de ne serait-ce que toucher à sa cuillère Roulement des yeux), et là vu qu'ils sont deux ils s'entraînent, ce qui fait que pour les nerf des mamans ça peut vite être dur.

Après, pour le reste je pense qu'il y a certaine chose que tu peux tourner en jeu. Le changement de couche est un jeu pour T la plus part du temps, car il participe à la préparation de ce qu'il faut pour le change. Il a apprit des mots aussi pendant cette "activité" (bon OK pour nous pipi et caca ce n'est pas forcément quelques chose d'important mais pour nos loulous si  Clin d'oeil) et on chante aussi parfois. Je le faisais déjà pour les jumelles, car ça permettait d'occuper les deux (voir les trois quand le grand était présent) pendant le change.

Pour les réveils la nuit sais-tu d'où sa vient? Car si la cause sont des cauchemars ou des terreurs nocturne l'homéo peut aider (chez moi en tout cas ça a marché) .

Enfin pour finir dis toi que tu es la meilleurs mère pour tes enfants car tu les aimes, même si c'est très dur pour toi en se moment. Ne pas avoir envie de s'occuper de son enfant ça arrive car nous sommes des êtres humains et pas des machines. Mais c'est aussi ça qui fait de nous de super maman.  Bisou Bisou Bisou
Journalisée

Al garçon né le 7 mai 2012 à 39 SA + 2 mon beau bébé de 3kg740.
Mes louloutes nées à 36+5 sa le 27 juin 2014
E 2kg850
Az 2kg830
T nous à  rejoint le 11 mai 2016 à 39 SA + 6. Un beau poupon de 3kg980
wolfoc
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1.797



« Répondre #3 le: 18 Mars 2018 à 15:43:35 »

déculpabilise toi.
Il ne faut pas t'en vouloir. Tu n'es pas une mauvaise mère parce que tu ne les supporte plus durant une période. Avoir des jumeaux c'est très éprouvant sur tout les plans. N'écoute pas non plus les personnes qui te culpabiliseront. On a toutes eu des moments où ça n'allait pas.
Je te dirais de suivre les conseils qui t'ont été donné, prend soin de toi. C'est le plus important pour le moment. Fait comprendre à ton entourage que tu as besoin de souffler un peu.
Et lâche sur certain  trucs. Ce n'est pas grave s'ils ne veulent pas bien manger. Je dirais pareil, laisse l'assiette devant eux. (bon ok ils patouilleront et il faudra ramasser mais ça peut aussi détendre pas mal. Moi je me rappelle que quand ils étaient petits, parfois quand je les entendais plus et que je les supposait en train de faire une bêtise, je les laisser faire au moins ça me permettais de souffler d'avoir la paix cinq minute quitte à ramasser après )

Pour ta vie de couple... je te dirais déjà retrouve toi, tu ne peux pas accorder du temps à ton mari si tu es à bout. Prend soin de toi et ça reviendra naturellement.

 Bisou
Journalisée

V. ma belette né en mai 2006
K. mon louveteau né en octobre 2009
S. et R. mes chatons nés en avril 2013
Azerty
muguette/juinette 2008
Modérateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 24.847


1+1+1+2


« Répondre #4 le: 18 Mars 2018 à 22:05:59 »

Tu dis que depuis qq mois ca devient difficile de les faire manger. Ils mangeaient donc bien avant? Qu'y a t il de changé dans leur alimentation? C'est le passage aux morceaux qui pose problème?
Mange-tu ton propre repas en meme temps qu'eux? Tu peux peut-etre les laisser picorer dans ton assiette.
Probleme avec la nourriture, probleme de sommeil, il se peut qu'ils souffrent de RGO ou d'intolérance.

Dans tous les cas, il faut que tu souffles un bon coup, que tu te reposes ( profite que ta soeur accepte de te les garder) que tu laches du lest. Tant pis si tu n'es pas une mere parfaite, tant pis si tu n'as pas des enfants parfaits . Il faut faire avec ceux que tu as, tout comme eux font avec les parents qu'ils ont.
Il faut que la pression retombe. Ils ne veulent pas manger, tu les descends de la chaise haute, repas fini!  Ils n'ouvrent pas la bouche quand tu approches la cuiller, laisse leur la cuiller pour qu'ils se débrouillent ( c'est p'ete tout ce qu'ils veulent : gagner en autonomie)
Ne sois pas toujours derriere leur dos, laisse les à max faire leurs propres expériences, toi tu n'es là que pour les accompagner, leur éviter les gros dangers. Laisse leur une certaine liberté, des zones où ils peuvent mettre un peu le bazar et hop ensuite on range ensemble ( ou pas)
Et comme dit plus haut : vis pour toi , il ne faut pas que tu t'oublies. Le meilleur service à rendre à tes enfants : avoir une maman épanouie. Or ton épanouissement ne doit pas passer par eux ( c'est une trop lourde charge pour eux) donc reprends une activité extérieure ( sorties, sport, ...) Inscris les dans une halte garderie si tu peux ( histoire de ne pas abuser de l'aide de ta soeur)
Et mission obligatoire : renoue  avec ton conjoint ( force toi au départ s'il le faut) .

Tu as fais le plus dur aujourd'hui en venant parler de tout ça. Je suis sûre que tu vas déjà mieux  Clin d'oeil . Donc on continue de positiver. Finie la culpabilisation  Sourire
Allez tu as du boulot sur la planche, trouve ce que tu vas faire pour toi demain . Un petit plaisir chaque jour . Courage  Bisou Bisou
De la part d'une maman qui en a fait....5  Tire la langue ( pas de chance pour toi , ce sont tes premiers, c'est forcément plus dur. J'ai eu plus de mal avec mon premier, un singleton qu'avec mes jumeaux arrivés en dernier )
Journalisée

Un grand 1m82 né à 40sa+4; une grande 1m71 née à 40sa; un moyen 1m75 né à 39sa+5 et 2 petits d'1m52 et 1m58 nés à 38sa-1.
Et en tout : plus de 300kg d'amour !!
Mel83
Membre Actif
****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 459


« Répondre #5 le: 18 Mars 2018 à 22:46:13 »

Les conseils qui t'ont été donnés plus haut ont tout bien résumé.
Courage, et continue de parler de ce que tu ressens, ici, ou à des proches à l'oreille bienveillante, là où tu voudras!

Juste un petit mot sur ce que tu disais au sujet d'avoir été nounou, et que les enfants que tu gardais ne te mettaient pas autant en difficulté: quelqu'un l'a déjà souligné, là c'est différent: ce sont  TES enfants  Tire la langue
Les miens, ils ne mangeaient des légumes que chez nounou, ne s'habillaient tous seuls que chez nounou, et c'était mieux chez nounou parce que, et aussi parce que, et pourquoi on va pas chez nounou aujourd'hui?  Tire la langue Roulement des yeux

Le repas, ne doit pas devenir un rapport de force, s'ils ont faim ils mangeront, sinon tu passes au dessert et on sort de table, s'ils ont peu mangé tant pis ils se rattraperont au repas suivant, voire même le lendemain s'ils te font le même coup le soir.  C'est normal que tu penses à leur courbe de poids, mais essaie si tu peux de rester beaucoup plus cool pendant une semaine, je suis sure que tu verras la différence.  Garde à l'esprit qu'un enfant ne se laisse pas mourir de faim, ton job a toi c'est de leur présenter un bon repas, pas de le leur faire avaler.
9 fois sur 10, le fait de lacher du lest la dessus résout beaucoup de choses. Une semaine, ça ne provoquera pas de cassure de la courbe de poids, et ça te permettra de prendre du recul et de voir si les choses se passent mieux.

Enfin et surtout, comme cela a été dit, le temps pour toi! En fonction de tes moyens, des personnes disponibles autour de toi, vois comment tu peux t'organiser des petites plages de temps pour souffler. Pas pour en profiter pour faire le ménage en retard, mais plutôt pour récupérer  tes heures de sommeil, prendre un bon bain chaud, les trucs que tu faisais dans ta vie d'avant...
Aussi, une soirée en couple par mois, minimum , je considère que c'est vital pour le couple, et donc pour le foyer.  Ca ne veut pas forcément  dire grand resto, talons et baby sitter, si tu n'en as pas envie pour l'instant. Ca peut aussi être plateau télé en pyjama lorsque les enfants sont (enfin!) au lit, pourquoi pas? L'important étant de renouer le dialogue avec ton conjoint. Le reste découlera de là, la complicité, les calins, la réconciliation avec ton corps de femme. Parles lui de ce que tu ressens. Vous pouvez vous mettre d'accord pour que, le temps de ces soirées particulières, vos échanges soient exclusivement bienveillants, pas de reproches, juste du ressenti, de la gratitude pour ces choses que l'autre fait et pour lesquelles on ne prend pas le temps de le remercier  d'habitude... Parler des inquiétudes quant à l'avenir, de nos sentiments de faiblesses,mais aussi de nos rêves etc...
Bref  je ne voudrais pas passer pour la psy conjugale de bas étage, ce n'est pas le but, mais je veux juste souligner l'importance de la communication dans le couple surtout en cette période difficile.

Et n'oublie pas, tout passe, ces difficultés avec les enfants sont temporaires, et en attendant tu as très bien fait de venir en parler, c'était le pas le plus difficile.  Bisou
Journalisée

Une princesse née le 06/09/2010
Un pirate né le 22/02/2012
Deux petites fées nées le 24/05/2017
Trois loulous en préparation pour le 03/08/2018!
Laety 89
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 30.996


Maman et Marraine :-)


« Répondre #6 le: 19 Mars 2018 à 04:21:52 »

Tu as franchi une première étape importante: mettre des mots sur ta fatigue et ton énervement, tu sembles exténuée
Les filles t’ont parlé de lâcher prise: cela s'apprend, car oui selon nos habitudes, nos principes, notre inconscient aussi parfois, ce lâcher prise est loin d’être évident.

Dans ce que tu décris, tout tourne au conflit, et tu appréhendes tout dès le réveil: n’oublie pas que tes enfants sont (comme tous les enfants) de véritables éponges émotionnelles: ils ressentent tes appréhensions et cela peut amplifier leurs réactions... c’est un cercle vicieux, à toi, à vous, d’apprendre à le transformer en cercle vertueux.

Profite des week-ends où ta sœur les garde pour renouer avec toi-même et avec ton mari: pas à pas, en renouant le dialogue, quitte à passer le week-end à l'hôtel ou dans un gîte, une chambre d'hôtes ou autre: le but étant d'être dans un lieu neutre pour mettre plus facilement les choses à plat.
Journalisée

C (déc), S et A (mai), et A (avril)
je suis en fofoli'berty, et vous?
Multi marraine 🙃

Ronde de Noyel 2019: restez en contact, il pourrait y avoir une suite
Erquy09
Membre
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 222


« Répondre #7 le: 19 Mars 2018 à 09:20:30 »

Oh làlà, tout ce que tu as écris, je l'ai ressenti, et dit, à peu près quand mes enfants avaient le même âge que les tiens (ils ont 3 ans maintenant) ! Et je sais à quel point c'est dur !! dur de devoir se battre pour tout sans arrêt, de se mettre une pression parce qu'on est à la maison, parce qu'on ne voulait pas que ça se passe comme ça, parce que ces deux enfants nous rendent folles et qu'on ne pense pas réussir à les aimer un jour, parce que l'on se sent seule, très seule...j'en voulais à mes enfants d'être nés, je leur en voulais de me pourrir la vie jour et nuit, j'explosais de stress et de fatigue...

Ce qui m'a aidé:
_ reprendre le boulot (mais je me mettais une pression folle le mercredi et les weekend pour compenser...)
_ le dire !! quand j'en ai parlé à mes collègues, j'ai pu trouver des oreilles attentives, des femmes qui me comprenaient (et d'autres pas), et du soutien dans mes moments durs
_lâcher prise: les jours où je suis zen, les enfants vont bien (et ça se vérifie toujours à trois ans, c'est un combat qui continue). Quand je démarre la journée avec le sourire, en me disant que ça va bien se passer et qu'on va s'amuser, en général c'est mieux. Je me souviens aussi des coups que je prenais en changeant les couches...on a tourné ça au jeu, et quand ça n'allait pas, au lieu de crier, je chantais (fort !).
_ lâcher pour les repas aussi (qui sont toujours compliqués): ils ne veulent pas manger ? ils sortent de table ou bien ils se débrouillent seuls, mais je ne m'en mêle plus. Ce sont de tout petits gabarits, depuis toujours, je ne regarde plus la courbe de poids, tant qu'ils grandissent bien.

Tu as mis des mots aujourd'hui, c'est le plus dur. Dis les à ton mari, à qui tu peux, pour te libérer, tu seras peut être surprise. Que c'est dur de se dire que nos enfants sont la source de tout ce stress, de cette angoisse, et qu'on reviendrait bien en arrière parfois...mais c'est humain, et ça arrive à beaucoup d'entre nous !
Essaie une journée off: pas de corvées, pas de stress, juste des jeux avec les enfants, des chansons (même si tu es peut être comme moi, les jeux ça va bien 5 minutes !), une promenade, pour voir si ça peut aider.

Et surtout accroche toi, et viens nous parler...
Journalisée

Une fille en janvier 2012
Deux petits gars mono-bi en septembre 2014, nés à 29+4 avec un TAPS, ils vont bien !
tromboline
Pilier du Forum
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1.364



« Répondre #8 le: 19 Mars 2018 à 09:51:59 »

Bonjour Momaflo,
D'abord bravo d'avoir écrit sir ce post, c'est pas évident de tirer la sonnette d'alarme, là c'est un premier pas que tu fais pour essayer d'aller mieux!
Je me reconnais pas mal dans ce que tu décris, je suis passé par une phase similaire. Mes jumeaux ne font leurs nuits que depuis pas très longtemps, mon corps et mon esprit ont été épuisés par la grossesse, l'accouchement, et les premiers mois. As-tu vécu une grossesse ou un accouchement difficile? ça peut jouer sur ton ressenti, en parler peut aider.
As-tu vu un médecin qui prenne ta fatigue et ta détresse au sérieux? Je te le demande parce que moi après une ultime prescription de magnésium et de repos (haha et comment je fais pour me reposer?!...) j'ai décidé de changer de médecin et mon nouveau doc m'a détecté une carence en iode qui joue sur la thyroïde, donc sur la fatigue, sur le moral, sur l'énervement. Apparemment c'est une carence très fréquente après une grossesse.
Ne reste pas seule face à tout ça, vois si tu peux avoir une TISF qui peut te prendre les enfants régulièrement pour que tu t'aères.
Quand tu sens la colère et les larmes monter en toi, mets tes enfants dans un endroit sécurisé (parc, chambre...) et va te mettre sous la douche en fermant la porte. Ça peut paraitre indigne mais il y a des moments où il vaut mieux protéger ses enfants de soi-même que rester avec eux. Ici on avait sécurisé leur chambre et mis une barrière à leur porte pour pouvoir se permettre de les y laisser tranquille. Je sais qu'un enfant de moins de trois ans ne doit pas être laissé sans surveillance, mais quand on peut plus on peut plus.
Comme t'ont dit les autres essaie de lâcher du lest : c'est pas grave s'ils sautent un repas, c'est pas grave si leur seule nourriture de la journée c'est du lait, c'est pas grave s'ils se baladent avec une couche mouillée et des habits ultra-crados, l'important c'est que vous trouviez le moyen d'avoir des petits moments de bonheur.
Ne désespère pas, plus ils vont grandir mieux ça va aller, plus vous allez dormir, plus vous vous retrouverez avec le papa.
Journalisée

Z et O nos petits jumeaux mono-mono, nés à 35sa en novembre 2014.
Z survivor de l'entérocolite après 3 mois d'hospit et 2 opérations.
"Si tu viens d'avoir des jumeaux : fais voir ta nouvelle paire!" Casseurs Flowteurs ^^
kaharya
Membre Actif
****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 499


« Répondre #9 le: 19 Mars 2018 à 11:54:43 »

Bonjour,

Je ne vais pas reprendre tout ce qui a déjà été dit, mais moi aussi j'ai eu des passage difficiles avec mes jumeaux, à peu près au même âge. Ils ont maintenant 26 mois.

Déjà tu n'es pas une mauvaise mère! Tous les enfants font des crises avec leurs parents, et plus particulièrement avec leur mère. C'est ce qu'on appelle la figure d'attachement. C'est normal et nécessaire à leur développement, ils sont comme ça car tu es la personne qu'ils aiment le plus au monde, en qui ils ont confiance, et ils savent que tu les aimeras toujours, quoi qu'il arrive.

Ensuite, la crise aux repas, ma solution a été de les laisser manger seuls! A 17 mois ils mangeaient déjà seuls depuis un moment! Tant pis s'ils en mettent partout, si je dois laver le sol et changer de vêtements après! Fais des choses faciles à manger, laisse-les manger avec les doigts. Les miens n'ont mangé que de du lait et de la compote pendant plusieurs mois. 1 bib le matin, 1 au goûter, et compote midi et soir, des fois du fromage. Puis ils picoraient ce qu'ils voulaient. Moi j'étais plus zen, eux aussi. Et petit à petit ils ont remangé. Ce sont toujours des petits appétits, mon fils est mince, mais ma fille est limite niveau poids. Mais ils sont en bonne santé et pleins d'énergie. Et maintenant on mange tous à table dès que possible, c'est un plaisir de les voir manger de tout.

Pour les réveils la nuit, j'ai expliqué  à mon fils ce que j'attendais de lui, je lui ai demandé pourquoi il agissait comme ça. Et ça c'est arrêté du jour au lendemain. Pas de solution miracle, ça a duré des mois sans que je sache comment faire! Peur du noir? Cauchemars? Essaye peut-être l'homéopathie (pas marché pour moi)
Pour le coucher, moi ce qui marche c'est de répéter toutes les étapes au fur et à mesure : on mange, on se lave les dents, puis on met le pyjama, on lit l'histoire, et puis dodo.
Mais ce qui est sûr, c'est que maman stressée, déprimée = enfants en crise, c'est un cercle vicieux.

Dès que tu peux, mets-les dehors, va au parc ou autre, laisse-les "faire ce qu'ils veulent" quelques minutes, ils se défoulent, prennent l'air.

Pour ce qui est du changement de couche ou autre, donne leur l'impression qu'ils décident! Ils ne veulent pas changer de couche? Bah pas grave s'ils se baladent un peu avec une couche mouillée! Montre que tu entends leur refus! Ils ont envie de s'exprimer!
Du moment que ça ne les mets pas en danger, lâche un peu de lest!

Et si ça crise trop, dans la chambre, le lit, le parc ou autre endroit sécurisé, et souffle!

Et oui, les familles nombreuses ça existe, parce que cette phase passe! Courage!
Journalisée

H et A nés le 5 janvier 2016 à 38sa, 2.630kg et 48 cm et 2.800kg et 49 cm.

I est arrivée le 25 juillet 2018 à 38+4sa, 3.620kg et 52cm.
Papillote
Membre Actif
****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 471


« Répondre #10 le: 11 Avril 2018 à 19:59:13 »

Bonjour maman flo,
Ce passage à vide, je le connais, les 18 mois, j'ai trouvé que c'était la période la plus éprouvante en tant que mère au foyer.
Pendant cette période où rien n'est aquis  avec nos tandem, ma solution etait de sortir matin et après midi. Été ou hiver, on sortait dehors si possible, je leur disait d'écouter les oiseaux, de regarder et toucher les arbres. On habite en campagne avec un grand jardin, mais je cherchais d'autres endroits, promenades au bord de l'eau.... Et quand le temps etait médiocre, on sortait faire une course, je ne sais combien de fois on est allé au  "jardiland" ou "point vert" pour voir les poissons, souris oiseaux, ou bien ils adoraient qu'on aille dans les magasins de bricolage pour voir les tondeuses ! Il y a la médiathèque. J'avais besoin de les "rassasier" pour qu'ils dorment, et CA à très bien marcher. Et pour mon moral, CA a été mon anti déprime, quand je restais enfermée, ca n'allait jamais.
Sinon on m'était souvent de la musique et on dansait ou ils sautaient sur un vieux matelas.
Au moment du coucher, je leur lisais des histoires et je leur parlais de la journée du lendemain.
Bon courage à toi.
Journalisée

mon tandem a vu le jour en janvier 2014
Numéro 3 : août 2017
Pages: [1]
Imprimer
Partager :

Aller à: